Welcome to our New Forums!

Our forums have been upgraded and expanded!

[Traduction] Apprendre le Respect et la Liberté

Ælberiigor

Member
Joined
Dec 1, 2023
Messages
302
Location
France
High Priest Hooded Cobra 666, le 08/05/2024 - Learning Respect and Freedom

En 2024, un cas courant est que de nombreuses personnes des générations récentes n'ont jamais reçu d'enseignement sur l'éthique ou le comportement adéquat de la part de leurs parents. Je le constate souvent au sein de la communauté. L'immoralité actuelle a également atteint un point tel que chacun se sent autorisé à une forme de "liberté", mais cette "liberté" n'est pas proportionnée ; les symptômes sont nombreux.

On parle quand on ne devrait pas parler, aucune hiérarchie n'est respectée, mais ces personnes qui ne respectent rien exigent en même temps une forme de respect excessif, qu'elles n'accordent pas aux autres.

L'humanité pense aujourd'hui que la "liberté" consiste essentiellement à se désorganiser, à agir comme une cellule cancéreuse, à ne participer à aucune hiérarchie et à ne pas apprendre à se prosterner. Ce manque de respect reflète l'effondrement interne fondamental de l'être humain ; comme le désordre est à l'intérieur, le désordre est perçu à l'extérieur. Chaque cellule cancéreuse de l'être humain a le sentiment d'être dans son bon droit.

Depuis les années 1960, la psychologie moderne a également commencé à prendre un tournant ; au lieu de dire aux gens qu'ils ont aussi des limites ou qu'ils devraient se respecter eux-mêmes ET respecter les autres, depuis cette époque, on dit à chacun qu'il est son propre Dieu, que personne d'autre n'a d'importance et que son ego est la chose la plus importante de l'univers par défaut et simplement parce qu'il respire et qu'il existe. Cela a eu des conséquences socialement catastrophiques, créant un monde "libre pour tous", où les gens ont seulement appris à reconnaître une idée surfaite d'eux-mêmes, et à reconnaître les autres aussi peu que possible. C'est essentiellement ainsi que l'on crée un sociopathe, même si l'on n'est pas sociopathe.

Ce qui précède s'appelle un faux ego et ne fait pas partie de la "liberté". La liberté signifie agir en accord avec la liberté des autres êtres, et pas seulement pour soi-même. Les enfants de 0 à 12 ans sont censés développer un sens aigu du moi, le moi est la seule chose qu'ils reconnaissent, leur propre "perception", leur besoin de faire caca et de manger, même aux dépens de leurs propres parents. Passé l'âge de 12 ans, il faut commencer à reconnaître les autres humains, la famille élargie, les besoins des autres et, d'une manière générale, l'existence des autres.

Aujourd'hui, notre civilisation attardée prêche qu'on peut avoir 50 ans, être totalement égoïste, entièrement absorbé par soi-même, mentalement fou à tous égards, et se comporter comme un enfant de 7 ans, et qu'elle qualifie également cela de "sain et bon", ce qui conduit les gens à des désastres dans leurs relations, leurs amitiés, leurs mariages, et crée une société basée sur l'autisme des sociopathes.

Dans l'Antiquité, un enfant de 14 ans connaissait déjà les valeurs, la hiérarchie, sa liberté individuelle par rapport à celle des autres, la vertu familiale et bien d'autres choses. Aujourd'hui, les gens peuvent avoir 60 ans et en avoir encore 3 en ce qui concerne les notions de respect ou de compréhension du monde. Vous pouvez entrer dans un magasin pour acheter une boisson et le caissier ou n'importe qui d'autre ne s'intéresse même pas à vous ou ne sourit pas pour vous aider ; et les gens se sentent également autorisés à chier sur d'autres personnes pour tout ce qu'ils perçoivent comme étant mal à ce moment-là.

Cette situation crée une atmosphère très négative qui rend les gens antisociaux. Pas de respect = Pas de hiérarchie = Pas de compréhension émotionnelle = Pas de société = Liberté pour tous = Damnation.

Les exemples peuvent varier et on peut facilement les voir dans les forums ici aussi. Les gens peuvent être en service depuis 20 ans et Joe, qui a 15 ans, vient de se défoncer à la méditation durant 2 mois pleins et se sent autorisé à attirer tous les gens pour leur "répondre", agissant comme un bébé qui pleure le plus fort dans son berceau, parce qu'il vient de découvrir qu'il a le pouvoir de pleurer ou de sortir du rang pour attirer l'attention de ses parents. Vous ne le savez pas, mais le petit Joe le sait ; il vous attaquera également et en tirera des leçons pour tous les autres, ou dirigera la brigade des enfants de 12 ans pour vous faire tomber.

Lorsque j'avais environ 9 ans, j'étais un enfant très désobéissant, en ce sens que j'écoutais rarement mes parents et que je voulais toujours faire ce que je voulais. Finalement, comme ils n'arrivaient pas à me contrôler, mais qu'ils savaient que j'aimais les arts martiaux, ils ont réussi à m'envoyer suivre une formation en arts martiaux.

Ils m'ont emmené chez le professeur le plus sévère qu'ils ont pu trouver, celui qui avait la plus mauvaise réputation d'être "trop strict" avec tout. Ils me demandaient de faire 100 pompes, j'en faisais 70 au maximum, et ils me regardaient de l'autre côté de la pièce en me demandant : "Avez-vous fait 100 pompes ? Je mentais alors et disais que j'avais fait 100 pompes, mais le professeur les avait comptées, alors il me disait : "Allez en faire 100 de plus maintenant parce que vous avez menti".

J'appelais le maître par son prénom et il ne répondait pas. Je me disais : "Attendez, moi et le type de 60 ans formé à Shaolin, nous ne sommes pas pareils ? Cela me fait mal au cœur ou quelque chose comme ça. J'ai ensuite compris pourquoi je devais l'appeler seulement Professeur et seulement Sifu [le titre pour les professeurs formés], mais cela a pris des mois. Je voulais que nous soyons égaux pour me sentir mieux dans mon niveau actuel d'incompétence, c'était mieux, mais cela ruinait une chose : mon potentiel de croissance. En grandissant dans cette voie, j'ai compris quel genre d'imbécile j'étais lorsque j'ai franchi cette porte, et combien mon moi était petit et faible pour créer ces faux idéaux, seulement pour prolonger ma propre faiblesse interne - la faiblesse contre laquelle je devais me battre pour VRAIMENT devenir un être meilleur.

En me vantant de mes capacités, je me suis dit une fois : "Oui, je peux certainement gagner contre ce gamin de 15 ans sans valeur", alors que je n'avais que 9 ans et que je me sentais en droit de le faire. Un jour, le professeur m'a demandé de "le prouver", et je me suis dit "Oui, je vais le prouver". Je suis monté sur le ring, j'avais l'impression d'être invincible. Ils m'ont fait monter sur le ring [entièrement protégé par une armure] pour combattre l'autre enfant, qui m'a donné un coup de pied à la tête et m'a fait tomber instantanément ; voilà la preuve de ce que je pensais être, par rapport à ce que j'étais vraiment. Bien que douloureuse, cette expérience m'a montré et mis en évidence la valeur de l'ordre et le fonctionnement de la hiérarchie ; il ne s'agit pas d'émotions et de sentiments vides, mais de ce qui se passe vraiment.

Après avoir été assommé en un instant, je me suis dit : "Je ne connais même pas ce coup de pied" et j'ai commencé à me plaindre. Le professeur a répondu que le gamin qui m'avait mis à terre (je me suis senti mal après cela) m'enseignerait ces coups de pied quand mon heure viendrait ; et il l'a forcé à devenir mon deuxième instructeur. Je n'ai pas aimé cela les premières semaines parce que je voyais ce gamin et j'étais perturbé, mais cela m'a motivé en même temps. 3 mois plus tard, je grandissais comme si cela n'avait pas de fin. Mais j'ai dû apprendre à surmonter ces choses et à faire ce que j'avais à faire. Mon instructeur connaissait toutes ces choses comme des processus courants, je ne savais rien, mais l'illusion de savoir a persisté pendant un certain temps jusqu'à ce qu'elle soit finalement effacée. La longue histoire des problèmes s'est poursuivie et ne s'est équilibrée qu'au bout d'un an environ, lorsque tout cela n'était plus du tout présent. Il n'y avait que des progrès et une évolution.

Un jour, j'ai reçu une gifle pour ce genre de choses - oui, je sais, en 2024, on ne peut même pas donner une gifle à un enfant qui apporte un AR-15 à l'école pour tuer tous ceux qui lui ont fait du tort - mais ce sont toutes des maladies sociétales qui procurent le respect, le meurtre, le mauvais caractère et qui finissent aussi par détruire les personnes qui n'ont pas appris ces choses. Je remercie les Dieux pour l'homme qui m'a donné ces gifles à l'époque, parce que c'était la chose morale et éthique à faire, et surtout, cela m'a fait prendre conscience de ma bêtise.

Un jour, lorsque j'ai demandé à mon professeur quelle puissance je pouvais tirer de l'entraînement, il m'a montré des moines chinois de 8 ans qui cassaient des briques avec leurs bras. J'avais 10 ans et je ne pouvais pas faire autant de pompes. Quelque chose a fait tilt dans ma tête lorsque j'ai vu cela et il a fait de nombreuses choses pour me montrer la valeur de l'ordre par rapport au désordre. Mais cela est venu plus tard, au début, je détestais même devoir le faire.

Puis, au fur et à mesure que ces choses se poursuivaient, je me plaignais à mes parents de la méchanceté de l'instructeur, mais ils insistaient pour que je continue, et je détestais cela - pendant les 1 à 2 premiers mois. Finalement, je suis tombé amoureux de ces processus, parce que j'ai réalisé ce qui m'arrivait et que cela faisait de moi un être humain meilleur et plus responsable. J'ai ressenti un sentiment de puissance, mais je me suis aussi sentie en sécurité et pris en charge par mon instructeur. Finalement, il ne s'est pas contenté de me donner des gifles, il a reconnu mon véritable caractère martien et l'a fait ressortir ; ce caractère, s'il n'avait pas été entretenu, aurait fait de moi un être humain insouciant et imprudent. Grâce aux gifles et à un entraînement rigoureux, trois ans plus tard, j'étais un être humain très organisé, qui ne s'excusait pas, qui se présentait, qui frappait les murs jusqu'à ce que ses mains ouvrent des plaies et qui pouvait étirer ses jambes bien au-dessus de sa tête.

Un jour, je suis entré dans l'école et on m'a demandé : "Êtes-vous prêt pour l'entraînement aujourd'hui ?" Comme un petit con, j'ai répondu : "Non, je ne suis pas d'humeur aujourd'hui, mais je suis quand même venu parce qu'on m'a forcé". Je me suis ensuite fatigué à raconter comment l'instructeur, âgé de 60 ans à l'époque, plusieurs ceintures noires et reconnu dans le monde entier, me maltraitait et j'ai voulu quitter l'école, et j'ai même commencé à pleurer devant lui, comme un petit lâche. Je n'étais pas encore un homme. Il m'a alors dit : "Merci d'être venu malgré ce sentiment. Maintenant, allez vous entraîner".

C'est l'un des jours où j'ai suivi l'entraînement le plus rigoureux, contrairement à la volonté de mon petit flocon de neige d'adolescent aveugle et sans valeur. Au fur et à mesure que ces processus se poursuivaient, je gagnais également la faveur, l'amitié et le respect des autres personnes autour de moi, car je commençais à m'entraîner plus durement ; cela me faisait beaucoup de bien, et c'était bien mieux que d'être un gamin irrespectueux qui pensait seulement qu'il valait beaucoup mais qui n'a jamais prouvé le fait, c'est-à-dire l'état dans lequel se trouvent la plupart des personnes attardées de nos jours.

Ce fut donc une séance d'entraînement très éprouvante, qui se termina par l'obligation de m'asseoir dans une position inconfortable et de me regarder dans le miroir pendant 15 minutes, ce qui parut une éternité au sale gosse sans valeur que j'étais. Finalement, à la fin de l'entraînement, au lieu de me sentir mal, je me suis senti BON, fatigué mais bon, sans savoir exactement pourquoi.

En sortant, je me sentais comme un homme nouveau qui avait dépassé ses limites ; quelque chose avait changé en moi. Au lieu de rentrer chez moi comme un lâche, j'ai lu la vie de Bruce Lee et j'ai compris que de nombreuses limitations ne sont que des mensonges créés par le mauvais et faux ego, et que ce faux ego est essentiellement un grand ennemi qui vient vous rappeler que vous êtes "libre", afin que vous puissiez résister à tout ce qui est bon pour vous. J'ai cessé de désobéir à mon instructeur et j'ai commencé à gravir les échelons ; jusqu'à ce que, des décennies plus tard, je sois ici à glorifier publiquement son nom pour les efforts qu'il a faits pour m'aider à devenir un homme et non un mannequin sans valeur.

Nous sommes aussi devenus de très bons amis après un certain temps et je lui racontais mes problèmes et il m'aidait, entre autres choses ; il n'a jamais été un mauvais homme en fait. C'est mon faux ego qui alimentait les mensonges de mon moi de 9 ans. J'ai beaucoup d'histoires à raconter sur cette période de ma vie, mais ce n'est que pour expliquer ce que je veux dire ici. Nous faisons fausse route en tant que société, et nous ne pouvons pas faire fausse route dans les JoS aussi, sinon les gens ne grandiront pas.

Ce qui précède est également très répandu dans la société extérieure. Alors qu'on n'appellerait pas Donald Trump pour lui dire qu'un ongle s'est cassé, alors qu'il ne s'est même pas cassé, les gens ont tendance à faire ce genre de choses pour des raisons émotionnelles, ce qui est irrespectueux. C'est là qu'intervient l'éducation, car personne n'a reçu l'ordre de se taire lorsque les adultes parlaient, et on n'a pas appris à l'esprit à reconnaître la hiérarchie. Lorsque ce n'est pas le cas, on n'est pas conscient de ce qui se passe dans le monde ou chez les autres, tout en pensant que c'est en quelque sorte "respectueux", alors que le seul "respect" que l'on recherche est le respect que l'on perçoit de la part des autres.

J'ai connu au fil des ans des satanistes qui n'ont rien fait du tout pour les dieux, se contentant d'inventer des histoires importantes à leur sujet, mais qui pensaient qu'ils devaient être vénérés comme Attila le Hun ou Alexandre le Grand. Vous ne cassez pas les briques comme le Shaolin de 8 ans, vous imaginez que vous le faites, et êtes dans votre putain de trentaine ou quarantaine et vous avez besoin de vous raccrocher à la réalité. Vous n'avez droit à rien pour les briques imaginaires que vous avez cassées ; vous êtes toujours dans la ligne du potentiel non découvert.

Ce n'est pas parce qu'ils ont "eu envie" de casser la brique que vous l'avez cassée - JUSTE MAINTENANT. À l'avenir, si vous luttez contre cet état d'illusion, vous casserez de nombreuses briques.

Dans le monde réel, ces choses n'existent pas. Elles n'existent que dans le cadre d'une illusion massive chez la personne qui pense ainsi. Lorsque ces illusions ne sont pas vérifiées par la réalité [Saturne frappe], ces personnes peuvent devenir amères ou réagir de manière excessive, voire se venger. Cette vengeance est également irrationnelle, tout comme le début irrationnel de l'illusion de l'ordre des choses dans le monde.

On n'appelle pas le SAMU lorsque personne n'a eu d'accident réel, ou pour parler sans rien faire. On n'entre pas dans une entreprise dans le monde normal, et on ne va pas immédiatement voir le PDG pour lui dire que l'on doit s'asseoir sur sa chaise chez Apple alors que l'on ne connaît même pas les rudiments de la comptabilité. Vous n'appelez pas l'armée parce que quelqu'un a trébuché dans les escaliers et s'est cogné le cul ; sans parler de faire ces choses tout en vous considérant comme un être humain ordonné et respectueux - ce qui vous permettrait de recevoir le même respect de la part des autres.

Si Donald Trump est quelqu'un que l'on n'appelle pas pour un ongle cassé, on ne peut qu'imaginer comment on doit se positionner par rapport aux Dieux, à quel point cette relation est importante et doit être respectée, même si Donald Trump ou Joe Biden sont petits à côté d'eux. Pourtant, de nombreuses personnes ne prennent pas cela au sérieux et se créent toutes sortes d'illusions, comme le fait que Furfur leur conseillera de faire du shopping et d'autres absurdités.

L'absurdité décrite ci-dessus se produit lorsque

1. On n'a jamais reçu d'ordre ou d'explication de la part de ses parents. Famille monoparentale, pas de foyer, les parents n'ont pas instauré l'ordre dans le foyer, etc.
2. La société se fiche éperdument d'établir ces choses et la plupart des gens y sont confrontés lorsqu'ils ont 25 ans et qu'ils obtiennent leur premier emploi ; "Le monde est cruel, je ne peux pas le supporter, je ne suis pas respecté ailleurs" - mentalité de flocon de neige.
3. Aucune participation à quoi que ce soit d'organisé. On n'a jamais rien fait, on a toujours obtenu ce qu'on voulait, tout le monde est égal, on manque de respect à tout le monde : La notion perçue de penser faussement que c'est la "liberté".
4. L'illusion psychologique que l'on est plus important que n'importe quel autre problème de l'univers, d'une grande organisation ou du monde [enfant gâté, très présent en 2024].
5. Être techniquement incapable de comprendre ces choses par manque de capacité mentale [Cela s'appelle être un attardé, et personne ici n'est dans cette catégorie, mais beaucoup de Xiens et de Musulmans sont dans cette catégorie].
6. Confusion de jugement : "Puisque HP Cobra ou un JG ou un Dieu a répondu à ma demande ou à un e-mail par gentillesse, je suis égal, ou voir supérieur. Deux semaines plus tard : Yo Cobra, tu m'apportes une bière du frigo ? Yo Satan whattup, vous allez me donner le million de dollars que j'ai demandé alors que je ne fais rien pour l'obtenir ? Je suis un pharaon, vous ne le saviez pas ?

Je termine ce message en disant que les mentalités libérales ne sont que la moitié du jeu lorsqu'il s'agit de gagner des choses dans le monde, ou de progresser dans la présence des Dieux. Ceux qui font constamment ce genre de choses ne seront pas pris au sérieux, parce que ces choses sont le résultat de problèmes. J'ai découvert que les Dieux ne répondent pas aux gosses, aux individus délirants et égocentriques, ou à ceux qui cherchent simplement à s'enraciner comme un parasite. La vérification de ces comportements peut être catastrophique pour la personne qui en est victime.

La liberté, c'est le contact avec l'ego supérieur et non avec le petit paresseux qui essaie de compromettre tous vos efforts, de ruiner vos relations fonctionnelles avec les autres et de vous transformer en un légume irrespectueux.

-High Priest Hooded Cobra 666
 
Bonjour c'est possible que je puisse publier c'est enseignement sûr ma pages Facebook sans pour autant mansioner le nom de Satan et du grand prêtre ?
 
Bonjour c'est possible que je puisse publier c'est enseignement sûr ma pages Facebook sans pour autant mansioner le nom de Satan et du grand prêtre ?
Pourquoi pas, ce qu'il ne faut pas faire est de faire croire que tu l'as écrit.

Tu peux attendre qu'il y ait suffisamment de réactions positives ou qu'on te demande d'où ça vient avant de mentionner ancient-forums.com.
Comme ça, seuls les gens qui ont envie d'en savoir plus viendront d'eux-même en leur temps, et tu ne te discrédites pas aux yeux de la masse.

L'article suivant que je viens de traduire sera visible dans quelques heures.
Il explique entre autre que ce domaine n'est pas fait pour tout le monde et qu'il faut laisser la masse suivre son évolution à son rythme.

Donc bien sûr, si tu parles de "Satan" et de "grand prêtre" publiquement tu passes pour un fou... aux yeux des fous.
C'est compliqué, il faut savoir se taire :)
 
D'accord je compris sais enseignement sont tellement riche en vérité que je souhaiterai que le mien en profite ainsi c'est vraiment dommage 🫥. Mais qu'est-ce qui à fait que moi je sois ici est pas les grands publiques ??. leurs sors m'inquiète vraiment 😭😭😭
 
D'accord je compris sais enseignement sont tellement riche en vérité que je souhaiterai que le mien en profite ainsi c'est vraiment dommage 🫥. Mais qu'est-ce qui à fait que moi je sois ici est pas les grands publiques ??. leurs sors m'inquiète vraiment 😭😭😭
J'ai déjà ressenti cela et c'est éprouvant, c'est vrai. Je suis très solitaire pour cette raison.

Les gens conçoivent le monde selon leur maturité, leur sensibilité et leur nature.
Ceux qui ont la foi sont minoritaires et sont forcément incompris de la majorité.

Si les gens voient la vie comme une liste d'affaires à gérer plutôt qu'une étape dans un long parcours pour l'évolution de l'âme ce n'est pas ton problème.
Le grand homme fort n'a pas à se soucier de la faiblesse des autres hommes et la gracieuse jeune femme n'a pas à se soucier du sort de celles qui sont grosses.
Ces deux là doivent plutôt continuer à prendre soin de leur santé et être sur leur gardes car les autres les jalousent.
Éventuellement, ils se rencontreront et pour cela ils doivent être centrés sur leur évolution, et non se disperser à plaindre les autres qui ne font pas d'efforts.
 

Al Jilwah: Chapter IV

"It is my desire that all my followers unite in a bond of unity, lest those who are without prevail against them." - Satan

Back
Top